Petite poésie de William T.

Publié le 8 Juin 2020

Un Séjour Américain

 

À l’est : New York, dite la grosse pomme,

Lieu de rencontre de tous les hommes.

Pour me déplacer, j’ai emprunté un taxi jaune,

Qui m’a véhiculé parmi les oubliés de la zone.

À Liberty Island est érigée la Statue de la Liberté,

Symbole d’Amérique libre pour tous les immigrés.

Je me suis perdu dans le grand Manhattan,

Au coin de la rue, j’interrogeai John le Policeman.

La voie à suivre pour Grand Central Terminal ?

Il pointa son index vers la rue du Canal.

 

Je sautais dans un wagon, direction le sud,

Afin d’atteindre la Nouvelle Orléans, mon but.

La Louisiane, vendue jadis par les français,

Où se cachèrent les Cajuns, victimes des anglais.

Une atmosphère moite, baignait le Dixland,

Une troupe de musicos animait un Jazzband.

Je fus tout de suite happé par une foule bigarrée,

Et transporté dans le Vieux Carré français.

Un vieil homme me conta la difficulté de cette société,

Où le blanc, malgré toutes ces années, a autorité.

 

Pour rejoindre la grande métropole du nord,

L’avion représente le plus rapide des transports.

Dehors, un vent glacial me fouetta le visage,

Puis, un taxi me pris avec armes et bagages.

Chicago restera à jamais dans la mémoire du temps,

La ville du défi de Capone, Ness et de ses lieutenants.

Les sirènes de police, les néons psychédéliques,

Nous rappellent à tout instant, ce qu’est l’Amérique.

Et, la plus importante des villes de l’Illinois,

Continue de vivre, malgré la tempête et le froid.

 

C’est par la US66 que j’ai rejoint l’Ouest,

Mes pieds viennent de fouler le sol du Far West.

La cité des Anges, après les chercheurs d’or,

A été conquise par le cinéma de l’âge d’or.

La dernière frontière du pays, la Californie,

Là, devant moi, violente, bruyante, pleine de vie.

C’était normal : Hollywood me faisait son cinéma,

Je l’ai suivie dans sa folie, j’étais venu pour ça.

 

Les quatre pétales de la rose des vents cueillies,

Le rideau finit par tomber sur le rêve de ma vie.

                           William T.

Rédigé par William T.

Publié dans #Chroniques de William T.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article